Sécurité en plongée : rappels avant le grand départ

par Isabelle Croizeau | le Samedi 9 Juillet 2011 | Lu 3745 fois

  

Depuis le début de la saison, trop de plongeurs sont morts, et les accidents se sont multipliés. N'oublions pas que la plongée est un loisir, un plaisir, mais dans un élément qui n’est pas tout à fait le nôtre. Au risque d’enfoncer, pour certains, des portes ouvertes, nous avons décidé de vous rappeler quelques règles simples : certaines sont réglementaires, d’autres relèvent du bon sens. Toutes sont destinées à faire de vous de vieux plongeurs.


La loi…

Cet été, les pouvoirs publics prévoient de renforcer les contrôles : dans le seul département du Var, une cinquantaine d’interventions sont d’ores et déjà prévues. Et tous les aspects de la plongée seront contrôlés : « Les paramètres techniques de la plongée (durée, profondeur, paliers), le niveau des plongeurs, le matériel de secours présent à bord, l’hygiène sont examinés », explique Peggy Froger, de la direction départementale de la Cohésion Sociale (ex Jeunesse et Sports). Pour le côté administratif, ce sont les « déclarations, assurances, registres… ». Elle portera tout particulièrement son attention sur la qualification des encadrants, car « pour enseigner contre rémunération, il faut être diplômé d’Etat ». Ca, c’est la loi, et les obligations auxquelles les clubs doivent se plier. « Les professionnels, continue-t-elle, sont d’ailleurs pleinement conscients dans notre département de l’importance des campagnes de prévention et de la nécessité des contrôles. »
Sécurité en plongée : rappels avant le grand départ

…et le bon sens

Mais il y a aussi, parce que le respect de la loi ne préserve pas du risque d’accident, quelques règles de bon sens à respecter. Trop de plongeurs, commente Peggy Froger, veulent « plonger à tout prix et le plus possible en ignorant leurs « limites », leurs prérogatives, leur état de stress, de fatigue, de santé. « Les débutants ne sont pas, et loin de là, les plus exposés. Ce serait trop simple. « Parmi les populations à risque, continue Peggy Froger, il y a trois grandes catégories : le plongeur expérimenté qui n’a que quelques jours de vacances et veut profiter à tout prix, le plongeur expérimenté mais « vieillissant » qui refuse de s’en apercevoir, et le plongeur très entraîné qui multiplie les plongées profondes, notamment en fin de saison. «
Téléchargez ce document en bas de page
Téléchargez ce document en bas de page

Je ne vise pas la profondeur

On ne le répètera jamais assez, le niveau d’un plongeur ne se résume pas à la profondeur qu’il est capable d’atteindre, même si dans votre entourage tous les non plongeurs vous posent la question fatidique : « et tu descends à combien ? » Sachez vous faire plaisir, même dans quelques mètres d’eau. Et n’oubliez pas qu’une plongée à 40 dans un lagon des Maldives n’a rien à voir avec une plongée à la même profondeur en rade de Marseille au mois de février.

Info datant du 19 aout 1965

Je ne plonge pas si je suis fatigué

C’est évident, mais nombre de plongeurs continuent à rouler la moitié de la nuit pour être à pied d’œuvre le samedi matin : et se retrouvent à huit heures prêts à embarquer avec 500 kilomètres dans les pattes, quatre heures de sommeil, et un état général qui laisse à désirer. Trois plongées dans le week-end, c’est mieux qu’une seule parce que c’est la dernière. Le professionnel qui vous fait plonger, ne l’oubliez pas, ne pourra jamais être à votre place, et il n’a aucun moyen de détecter votre niveau de fatigue.

En plongée, je bois un max... d'eau

Nous ne sommes pas des Ayatollahs de la plongée, et l'apéro fait partie intégrante des moments de convivialité. Mais après la plongée, au terme d'une bonne journée partagée. Ni avant, ni pendant. En revanche, il faut absolument penser à s'hydrater, avec de l'eau (les filles, inutile de s'empêcher de boire en espérant ne pas avoir envie de faire pipi), très régulièrement. La déshydratation peut venir sans que l'on s'en aperçoive, et glisser une bouteille d'eau plate dans son sac n'est pas superflu.
Publicité publiée dans une revue spécialisée cet été
Publicité publiée dans une revue spécialisée cet été

Je n’épate pas la galerie

Le plongeur est parfois un animal à l’orgueil mal placé. Comment avouer au reste de la palanquée que « je ne me sens pas ce matin » ? Comment, sans passer pour un rabat-joie, dire que « non, la 60 sur l’épave, ce n’est pas pour moi… ». La plongée n’a rien à voir (en tout cas ne devrait pas) avec une compétition. Soyez humble, sachez reconnaître vos limites, et surtout respecter celles des autres. Fatigue, froid, stress face à une situation difficile sont autant de facteurs qui favorisent l’accident. Pour une fois, écoutez vous un peu, et surtout écoutez les autres : ne leur mettez pas la pression.

Je prends en compte mon âge

C’est une évidence, mais la nier serait pourtant à l’origine de nombreux accidents : à 25 ans, j’ai un corps capable d’encaisser beaucoup de choses sans sourciller, et doté de capacités de récupération étonnantes. A 40, c’est déjà beaucoup moins bien, en tout cas pour la majorité d’entre nous qui menons une vie sédentaire une bonne partie de l’année. Et c’est en amont qu’il faut être prudent, en demandant à son médecin d’être un peu plus vigilant au moment de la visite médicale, ou en prenant le parti d'aller voir un médecin spécialisé.
Sécurité en plongée : rappels avant le grand départ

Un bon plongeur est un vieux plongeur…

En résumé, un bon plongeur n’est pas un plongeur profond, ni un plongeur qui sort à la mer par force huit, ni celui qui est capable de s’en « faire » six dans le week-end. Un bon plongeur, c’est un vieux plongeur. Les accidents dits « immérités », ça existe, un problème de matériel, c’est toujours possible, et comme dans toute activité le risque zéro n’existe pas. On le sait. Mais gardons quand même à l’esprit que les erreurs d’appréciation sont à l’origine de nombreux problèmes en plongée.

Sortir avec un club

Sortir avec un club, en ce qui concerne la sécurité, présente bien des avantages : oxygène à bord, VHF, personnel formé à réagir vite en cas de problème sont autant d'atouts pour minimiser les risques. En sortie individuelle, on se sent bien sûr plus libre de ses horaires, de son temps de plongée, mais on n'est pas forcément aussi bien équipé. Autre atout des clubs, ils connaissent en principe parfaitement les sites, les ont pratiqués des dizaines voire des centaines de fois, et sont aptes à prendre les bonnes décisions, notamment en cas de caprices de la météo. Dans un cas comme dans l'autre, n'oubliez pas non plus, si vous plongez avec votre propre équipement, de le faire réviser régulièrement. Et prenez la peine de vous pencher sérieusement sur le fonctionnement de votre ordinateur : demandez conseil, lisez la notice, il ne suffit pas d'en avoir un pour plonger en sécurité, encore faut-il savoir s'en servir...

En cas de pépin, en mer ou à quai appelez le CROSS

Il est impératif pour tout plongeur de savoir réagir face à une personne qui signale ou présente un trouble physique pendant ou après une plongée sous-marine.

1 seul point de contact permet de gagner du temps. Lors de l'appel au CROSS, des consignes seront données, des questions seront posées et une mise en relation avec le SAMU de coordination médcale maritime sera effectuée.
En fonction de la gravité diagnostiquée par les équipes de secours, la victime sera évacuée vers une structure hospitalière adaptée comportant un caisson hyperbare.

  • Canal 16 sur la VHF - Pour appeler les secours au large (CROSS). La VHF est toujours préférable au téléphone portable, car elle permet une localisation rapide par les secours.
 
Les CROSS peuvent également être joints par région aux numéros suivants :

- CROSS Gris-Nez (Manche Est - Pas-de-Calais) Audighen - 62179 WISSANT Tél. : 03.21.87.21.87 (opérations)

- CROSS Jobourg (Manche Centrale) BP n°5 - 50440 BEAUMONT HAGUE Tél. : 02.33.52.72.13 (opérations)

- CROSS Corsen (Manche Ouest) Pointe de Corsen - 29229 PLOUARZEL Tél. : 02.98.89.31.31 (opérations)

- CROSS Atlantique (Etel) Avenue Louis Bougo - Château de la Garenne - 56410 ETEL Tél. : 02.97.55.35.35 (opérations)

- CROSS Méditerranée (La Garde) Fort Sainte-Marguerite - 83730 LA GARDE Tél. : 04 94 61 16 16 (opérations)

- CROSS-MED en Corse Base navale d’Aspretto- BP 50968- 20700 Ajaccio cedex 9 Tél. : 04.95.20.13.63 (opérations)

- CROSS Antilles-Guyane (Martinique) 16 boulevard de la Marne - BP 621 - 97261 FORT DE FRANCE cédex Tél. : 05.96.70.92.92 (opérations)

- CROSS-RU (Océan Indien) Rond point de la glacière - BP 80061- 97822 LE PORT cédex Tél. : 02.62.43.43.43 (opérations)
 
securite_plongee.pdf securite-plongee.pdf  (444.14 Ko)

 
Notez

     

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 28 Janvier 2012 - 09:00 Masque facial, d'hier à aujourdh'ui