Plongée de nuit : on vous emmène !

par Anthony Leydet | le Samedi 23 Avril 2011 | Lu 3512 fois

  

La (trop) longue période hivernale laisse enfin place aux chauds rayons du soleil. Je vous vois déjà, plongeurs que vous êtes, vous agiter comme moi au moindre degré gagné dans l'eau ! Il est temps de ressortir le matériel, et une fois opérationnel (heureusement Patrick est là pour nous guider), jetons nous à l'eau !

Et si nous changions un peu nos habitudes pour de nouvelles sensations ? Moi j'attends la lune pour plonger ! Allez, je vous emmène...



Un nouveau monde à votre portée !

Nouvelle façon de plonger, nouvelles sensations ! Avant de bien comprendre l'intérêt de plonger la nuit, dites-vous que ce monde rempli de créatures en tout genre nous attend et nous réserve bien des surprises dès les dernières lueurs du soleil. Une redécouverte de la vie marine, qui vous permettra d'approcher les espèces diurnes dans leur sommeil, et de croiser d'autres espèces inaccessibles de jour !

A la portée de tous, la plongée nocturne implique quelques règles à respecter pour que ce moment ne laisse que de bons souvenirs... et surtout l'envie de recommencer. Pour peu que la bio vous fascine, vous serez vite accro !  

Voir sous l'eau la nuit

Pas besoin d'être une lumière (!) pour comprendre que le principal obstacle auquel vous devrez faire face est l'absence ... de lumière ! Il faudra donc se munir d'un bon phare: une bonne intensité lumineuse, un faisceau le plus large possible pour éviter un éclairage type "sabre laser", et surtout une bonne autonomie. Personnellement, je conseille un phare à LED, qui a l'avantage de consommer peu d'énergie avec une autonomie de plusieurs heures, et surtout de ne pas chauffer, ce qui permet d'utiliser le phare hors de l'eau !

Votre phare sera donc votre meilleur ami, puisqu'il vous permettra non seulement d'y voir, mais également d'être vu. C'est pour cette raison qu'il faudra éviter de l'éteindre volontairement sans en avoir averti la palanquée.  

Être vu sous l'eau la nuit

Evidemment, personne n'est à l'abri d'une ampoule qui claque ou d'une batterie faiblarde ! Le tout est de ne pas se retrouver totalement dans le noir, sans aucun moyen de se faire repérer par votre palanquée. N'hésitez pas à emporter dans la poche de la stab, une lampe de secours, qui n'éclairera pas beaucoup, mais vous permettra de vous débrouiller pour mettre fin à la plongée.

Cependant, il existe aussi des alternatives que nous avons testées !

  • BATONS CYALUME : le fameux bâtonnet en plastique que l'on "casse" et que l'on agite pour le faire briller ! Plutôt marrant... mais est-ce bien raisonnable ? Un usage unique... pas vraiment écologique ! 

  • FEUX A ECLATS (lampes stroboscopiques) : l'aspect et la taille d'une petite lampe pilote. Idéal pour faire du balisage (bateau, mise à l'eau...).
  
  • MINI STROBE LIGHT : notre coup de coeur ! Un accessoire à avoir, petit et qui s'agraffe sur la stab. A partir de là rien à faire, au contact de l'eau, le courant passe entre les deux électrodes et active la lampe à éclats. L'éclat a l'avantage aussi de faire briller la capsule jusqu'au prochain flash comme on peut voir sur la vidéo. Donné pour 300 heures d'utilisation... soit environ 350 plongées !  


Bien choisir son spot de plongée et les conditions météo

Choisir son spot de plongée est un des éléments de préparation les plus importants. De jour bien sûr, de nuit encore plus ! Pas la peine d'aller s'aventurer dans des fonds que l'on ne connait pas, ce serait multiplier les risques pour rien, et vous n'en profiteriez pas. Le plaisir vient surtout de la (re-)découverte de nuit d'un spot que vous fréquentez régulièrement de jour. 

Vérifiez la météo, pour être sûr que le vent ne se lève pas. 

Binôme la nuit : bien plus qu'un concept

Durant toute votre formation de plongeur, on vous a parlé et reparlé de la notion de binôme, et l'importance de se surveiller mutuellement sous l'eau... Et bien, la plongée de nuit est faite pour renforcer ces liens! Se surveiller régulièrement, communiquer et surtout ne pas s'éloigner l'un de l'autre... Bref gardez le contact !

Adoptez la zen attitude !

La nuit, les facteurs de stress sont plus élevés qu'en journée, et le but est avant tout de s'éclater et de faire durer la plongée.

Côté profondeur, on peut faire d'excellentes plongées de nuit dans à peine quelques mètres d'eau ! C'est aussi l'avantage. Privilégier les faibles profondeurs est raisonnable afin de pouvoir parer à tout incident.

Etant donné que l'on ne voit que dans le faisceau du phare, que l'on pointe en principe devant soi, le palmage devra se faire tout en douceur, afin de na pas abîmer le relief, ou tout simplement cogner un autre plongeur. 

Communiquer en plongée de nuit

Rien de plus désagréable que de recevoir la lumière d'un phare en "pleine poire", car par réflexe, c'est ce que l'on tendance à faire au début, c'est si rassurant de bien voir son binôme! Pensez plutôt à diriger votre phare légèrement vers le bas si vous voulez l'éclairer.

Lorsque vous voulez communiquer, éclairez vos signes... Et évitez de remuer votre phare dans tous les sens... ce qui peut être interprété comme un signal de détresse ! Tout ça évitera les incompréhensions, et surtout de vous faire "secourir" alors que vous vouliez simplement montrer la copulation de la limace de mer en direct live !

A la surface, décrire un cercle avec le phare pour dire que tout va bien... ou bien le déplacer de haut en bas pour donner l'alerte.  


Comment se repérer la nuit ?

Pour se repérer, les choses se compliquent un peu !  La nuit on perd vite ses repères. La seule vision que l'on a, est celle que notre cher ami "le phare" nous offre, d'où l'importance d'opter pour un angle d'éclairage large. 
La pente peut être un bon indicateur, mais de toute façon, il arrive toujours un moment où l'on ne sait plus vraiment où l'on est. Pour peu que l'on se concentre 3 minutes sur la petite bestiole qui fait son show...
C'est pour cela que connaître le spot est un atout majeur. Ou alors le directeur de plongée le connait et guide la palanquée. Encore faut-il ne pas perdre ses camarades !

Lorsque la lune est présente, elle peut nous donner des indications pour s'orienter, un peu comme avec le soleil de jour.

Perdu la nuit... que faire

Vous êtes perdu ! Et vous vous retrouvez seul(e)... Pas de stress... Non il n'y a pas un gros monstre marin plein de dents pointues qui va venir vous croquer ! Ce sera peut-être un Kraken !
Bon, pour la procédure, c'est un peu comme en journée... Remontez lentement tout en effectuant un tour d'horizon (360°) pour tenter de repérer vos compagnons.

Si vous êtes vraiment seul(e) dans ce monde tout noir, il sera alors temps de refaire surface. Attention aux bateau de passage... tendez l'oreille ! A la surface, votre phare ou votre lampe à éclats vous seront bien utiles. 

La nuit c'est bio !

Tout ceci pour en arriver au plus important après tout ! Pourquoi aller plonger dans le noir ? La nuit est une période particulière chez les animaux marins (comme chez nous ! ). Certains dorment, et ce sont ceux que l'on rencontre généralement de jour, mais il est amusant de croiser labres et sparidés complètement endormis, ou un poisson perroquet dans sa bulle de mucus... En Méditerranée, la très commune girelle disparaît totalement dés la nuit venue... saurez-vous la retrouver ?

Quand aux autres, ils partent en chasse ! Les murènes sortent de leur trou, les poulpes deviennent très actifs, les calmars se rapprochent du rivage. Vous observerez des comportements que vous ne verrez jamais de jour. Mais également certaines espèces qui ne se montrent quasiment que de nuit : la grande cigale de mer, l'oursin diadème méditerranéen, les porcelaines... A vous d'en trouver d'autres !

Prenez soin d'avertir votre binôme, et éteignez vos phares... agitez vos mains dans l'eau, et vous ferez probablement scintiller le plancton luminescent devant vos yeux ébahis ! Vous en trouverez également sur le fond... 


De retour sur la terre ferme...

Voilà, le "calvaire" est fini... Mais quel bonheur ! Certainement un peu de stress, mais la plongée de nuit est un bon moyen d'avoir de nouvelles sensations.
Il est temps de profiter d'un thermos bien chaud, toujours bienvenu après une plongée un peu fraîche. Un petit détail que vous apprécierez à coup sûr.

Profitez bien de cette nouvelle saison et n'hésitez pas à nous faire partager vos expériences sur le rés'eau.

Anthony Leydet
Anthony Leydet
sur scuba people


Notez

     

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 23 Septembre 2011 - 23:00 GEM : "quand le mérou va, tout va"

Samedi 14 Mai 2011 - 10:23 Plongée dans les coulisses de Nausicaa