Retour aux sources pour les amphores du Grand Congloue

par Isabelle Croizeau | le Mercredi 7 Septembre 2011 | Lu 3643 fois

  

Près de 250 amphores sont désormais immergées au large du Frioul par 14 mètres de fond : pour de nombreux plongeurs, une occasion unique de découvrir « in situ » à quoi peut bien ressembler une épave antique. Un projet porté par Richard Rech, président du Neptune Club.


Remontées par Cousteau dans les années 50

Il y a cinquante ans, ces amphores ont fait le chemin inverse : elles proviennent de l’épave dite du Grand Congloué, fouillée à partir de 1952 par l'équipe de plongeurs du commandant Cousteau sous la direction scientifique du professeur Fernand Benoit, alors directeur des antiquités de Provence. Il fallut aux spécialistes plus de 25 ans pour mettre en évidence la présence de deux épaves partiellement superposées et distantes dans le temps de près d'un siècle : L'épave du Grand-Congloué 1 date du tout début du IIe siècle av. J.-C. Sa cargaison était composée pour l'essentiel de 400 amphores à vin gréco-italiques et d'un lot de 7000 pièces de vaisselle campanienne. Une trentaine d'amphores grecques complétaient ce chargement


Une fouille « historique »

Cette fouille était une première. Les moyens mis en œuvre étaient exceptionnels pour l’époque. Et pour la première fois, une épave était filmée par une caméra de télévision sous-marine. Les « hommes-grenouilles », comme on les appelait à l’époque, avaient eu les honneurs des actualités. C’est aussi au cours de cette fouille, un chantier sur lequel il intervient d’abord en tant que bénévole, qu’Albert Falco entame son aventure avec le Commandant Cousteau : il sera officiellement embauché quelques semaines plus tard, et poursuivra la carrière que l’on sait.
Retour aux sources pour les amphores du Grand Congloue

Une opération menée en deux temps

Pendant 25 ans, toutes les poteries remontées, amphores et pièces de vaisselle, on été étudiées, analysées. Et certaines d’entre elles n’avaient plus aujourd’hui d’intérêt scientifique. C’est en partant de ce constat que Richard Rech, président du Neptune Club, a monté son dossier et défendu son projet : « Certaines n'ont plus d'anse, ou plus de col, aucune n'est complète". Et après plus de deux ans de démarches, le DRASSM a donné son accord. Une première immersion avait eu lieu l’été dernier, la seconde, la plus importante, porte à 250 le nombre d’amphores installées sur le site.


Un nouveau site de plongée au Frioul

Chaque amphore a été ensablée jusqu'à mi-hauteur, et arrimée avec des filins d'acier. Elles ont été disposées en forme de bateau, sur un petit fond de 14 mètres à proximité du Frioul qui permettra aux plongeurs de tous niveaux de descendre sur le site. Les premières, installées l’an dernier, commencent déjà à être colonisées par la faune des petits fonds.
Retour aux sources pour les amphores du Grand Congloue

Vos commentaires

 
Notez

     

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 28 Janvier 2012 - 09:00 Masque facial, d'hier à aujourdh'ui