Reef Check
Surveiller les récifs coralliens

par Isabelle Croizeau | le Dimanche 28 Novembre 2010 | Lu 1631 fois

  

A la Réunion, mais aussi partout dans le monde, le but du programme Reef Check est de collecter un maximum d’informations sur l’état des récifs. Jean-Pascal Quod, directeur de l’ARVAM (Agence pour la Recherche et la Valorisation Marines), coordinateur du projet dans la zone, nous explique comment ça marche, et pourquoi c’est important.


Quel est le but du programme ? Dresser simplement un état des lieux, établir un réseau de surveillance, ou faire des propositions de mesures de préservation ?

Les trois. Au delà du projet international, en faisant participer notamment des clubs de plongée présents toute l’année, on parvient à dresser un état des lieux en local, par exemple sur un site de plongée, ou un spot de surf et au fil des années cela permet de proposer des solutions concrètes pour aider à maintenir le bon état des sites (par exemple avec des bouées d’amarrage).
 Reef Check<br>Surveiller les récifs coralliens

Quel peut être le rôle des plongeurs "loisir" dans ce type de programme ?

Il est primordial. Nous visons en priorité la participation des clubs de plongée, à travers notamment les commissions bio car faire une plongée bio utile par an reste accessible à chacun. Dans chaque club, des passionnés de biologie, grâce à Reef Check, peuvent rapidement être formés aux méthodes (elles sont simples), se spécialiser et accompagner au fil des palanquées des groupes de plongeurs loisir. Il n’est pas souhaitable de faire trop de relevés dans l’année mais il faut assurer d’une année sur l’autre la relève pour que le suivi soit fait au moins une fois par an. Chacun peut « choisir » le domaine où il se sent le plus à l’aise (les coraux et les algues, les poissons, les invertébrés benthiques) et d’année en année améliorer ses compétences sur cette cible. Tout plongeur, ou surfeur, puisqu’ils sont aussi chez nous très impliqués dans le programme, peut devenir acteur plutôt que spectateur.

Quelles sont les menaces qui pèsent sur les coraux de la Réunion ?

Comme partout dans le monde, les menaces sont réelles et s’accentuent depuis les années 80. En cause, les pollutions et dégradations imputables à l’homme mais aussi les phénomènes plus globaux comme le réchauffement de l’océan qui entraîne un blanchissement des coraux et la prolifération de maladies. De nombreux travaux de recherche sont engagés pour maintenir l’état de santé des récifs et proposer des solutions. Il y a urgence sanitaire a considérer le récif comme un malade et à l’aider à guérir par des programmes adaptés de lutte contre les menaces, mais aussi par de l’ingénierie innovante au plan environnemental.
 Reef Check<br>Surveiller les récifs coralliens

Il s'agit d'un programme international, comment sont traitées ensuite les données recueillies localement ?

Le siège international de Reef Check est basé en Californie et centralise les informations de milliers de collaborateurs ce qui permet de publier chaque année une synthèse actualisée. Localement, les données étaient gérées jusqu’alors par chaque équipe mais maintenant il est possible de traiter les données de manière harmonisée en utilisant le logiciel CoReMo qui nous avons développé à cet effet (www.coremo3.com). c’est un exécutable libre en téléchargement qui permet d’assurer que les données seront bien utilisées par les gestionnaires après contrôle qualité par les scientifiques locaux.

L'ARVAM collabore au Reef Check depuis 2004, comment la situation a-t-elle évolué depuis ?

l’ARVAM a mis en place le programme Reef Check à la Réunion dès 2004 avec le seul soutien à l’époque de la fondation Quiksilver, qui nous appuie encore aujourd’hui dans le cadre de son programme Green Campaign. Chaque année se déroule un suivi scientifique sur des stations sentinelles, réalisé par l’équipe de la Réserve Naturelle Marine de la Réunion et un suivi non scientifique réalisé sur une vingtaine d’autres stations par des bénévoles (club de plongée, surfeurs, scolaires etc). Historiquement c’est à Saint Leu que se situe le centre de nos actions autour du fameux spot de surf et sur des sites de plongée avec le club Excelsus. Dans les deux réseaux, la tendance montre que les peuplements de coraux ont tendance à diminuer mais que là où il n’y a pas de perturbation régulière les peuplements sont en bonne santé tout comme les peuplements de poissons.
 Reef Check<br>Surveiller les récifs coralliens

Qui finance ?

Nous privilégions l’appui de partenaires privés via des fondations ou plus directement et le modèle fonctionne parfaitement mais doit être amplifié (à votre bon cœur !!). Les fonds publics peuvent être également mobilisés comme nous le faisons cette année avec la commune de Saint Paul ou l’IFRECOR (initiative française pour les récifs coralliens portée par les ministères de l’environnement et de l’Outre Mer). Les communes s’y mettent pour obtenir le label Pavillon Bleu et d’autres partenaires, comme le Crédit Agricole, nous apportent leur soutien financier. Quiksilver, qui est avec nous depuis le début, nous soutient fortement cette année avec une éco-expédition à Mayotte pour former des communautés locales (villages, gestionnaires d’une réserve marine) aux techniques simples mais scientifiquement éprouvées de Reef Check.

www.reefcheck.fr
CoReMo, base de données que nous montons a l’international.
Pour les autres pays, voir www.reefcheck.org

Réagissez à cet article



Notez

     

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 28 Janvier 2012 - 09:00 Masque facial, d'hier à aujourdh'ui