Portrait de "membre" : un Casanova sous l'eau


  

Nous vous proposerons désormais régulièrement de découvrir l'univers  d'un membre de scuba-people : personnalité du monde sous-marin ou simple passionné, il ou elle vous fera partager ses passions, ses rêves, ses coups de gueule...

Richard Lemieuvre : nom de scène Richard Allan

Richard Allan, avec Jean-Pierre Armand, Alban Ceray et Dominique Aveline, est l'un des acteurs masculins principaux de "l'âge d'or" du cinéma X français.

"Rocco a tourné son premier film avec moi, je savais qu’il pouvait reprendre le flambeau, et avec panache, ce petit qui avec son bel accent m’aborda chez Denise, pour me dire, "je m’appelle Rocco et je voudrais faire des films" ! On connaît la suite..."

"Près de 517 films a mon actif, un phallus d’or à Conpenhague, un oscar en Allemagne, un Hot d’Or d’honneur pour ma carrière, en France."



"Lors d’un dîner dans le restaurant d’André Pousse, celui ci me dit, "Je te serre la cuillère mon pote, on fait le même métier, mais pas avec le même costard". C’est pas un beau compliment ça ?
Comme m’a dit Maurice Pialat, lors de notre entrevue pour le film "Police" en 1985. "Je vous engage après votre bout d’essai car je vous ai vu dans les films de cul, et je trouve que vous avez une "gueule" ". Ce jour là je n’étais pas "queue de béton !".

Mais la vie de Richard, loin des plateaux de cinéma, c'est aussi 45 ans de plongée, de Marseille à l'Indonésie, en passant par la Mer Rouge, une passion jamais démentie pour la Méditerranée, et un regard presque nostalgique sur le temps des pionniers.

Ma première bulle

C’était en juillet 1965, au club Méditerranée. Mes premiers instructeurs ont été Guy Poulet et Robert Barincou.
Portrait de "membre" : un Casanova sous l'eau

Mon coup de gueule

Il y a une chose qui me hérisse, c’est quand je vois des plongeurs boire à midi, se saoûler dès l’apéro, et se mettre à l’eau le lendemain matin, comme lors de ma dernière croisière en Egypte. Il y a très longtemps, j’ai ainsi remonté un moniteur qui a fait une syncope à 30 mètres. Il a gardé mon embout Mistral, et ma seule pensée a été d’éviter la surpression pulmonaire. Il aurait pu y avoir deux morts…ce monsieur buvait tous les soirs comme un soudard, et j’ai par la suite demandé à Guy Poulet de l’interdire d’enseignement…
Ce qui m’énerve aussi, c’est d’avoir parfois l’impression que pour certains clubs, la plongée ne devient plus qu’une course à l’argent, un simple marché. Alors que l’apprentissage, l’expérience, restent primordiaux pour limiter les accidents, même si l’activité s’est vulgarisée. A l’époque de mes débuts, les tables n’étaient pas ce qu’elles sont aujourd’hui, et c’est vrai que nous avons en fait pris des risques. Mais certains, en se prenant pour des surhommes, les ont encore augmentés : je pense en disant cela à des corailleurs que j’ai connus, et qui ont fini morts au fond ou paralysés.

Mon petit coin de paradis

J'ai connu la Méditerranée avec des joyaux aujourd'hui disparus, j'ai eu la chance de découvrir en Italie un casque étrusque, des jas en plomb, des amphores et notamment une du 4eme siècle avant JC intacte. J’ai aussi plongé en Corse sur des secs perdus au milieu de rien. Aujourd’hui, j’adore l’Indonésie, mais aussi la Mer rouge, et mon coin de paradis, c’est le grand bleu.

Mon rêve de plongeur

J’en ai eu des tas… M’installer sur l'île de Sainte-Marie à Madagascar pour monter un club de plongée, intégrer la Comex, suivre le commandant Cousteau, mais à chaque fois les circonstances ont fait que j'ai changé de voie.
Mon rêve aujourd'hui serait de participer à une expédition en compagnie de Paul Watson, ou de François
Sarano et aussi de plonger avec le grand requin blanc. Et de fixer sur la pellicule toutes ces merveilles qui nous restent à contempler et qui risquent de s’éteindre si nous ne faisons pas ce qu’il faut…

Mes modèles et mes sources d'inspiration

Richard Allan - Bébert Falco - Mauro Zurcher
Richard Allan - Bébert Falco - Mauro Zurcher
Le commandant Cousteau avec « Le Monde du Silence », Albert Falco, Guy Poulet qui m'a ouvert les portes de la mer, les films que j'ai pu voir à l’époque comme « Blue Water, White Death », sur le grand requin blanc de 1971.



Et la Méditerranée : né à Marseille, je n’avais, enfant, que la route à traverser pour aller faire quelques oursins et chasser quelques poissons. Depuis toujours, la mer m’apporte la quiétude, et me fait oublier un temps une terre qui me semble bien détruite.

Mes prochaines plongées

Je pars début décembre pour la Mer rouge fêter les 5 ans d’Anthias plongée, sur un bateau merveilleux, le Nautile, en compagnie de vrais amoureux de la plongée, Isa et Serge. En mai, je devrais être à Bunaken et Lembey. Entre-temps, ce sera plongée avec ma fille de 16 ans, niveau 2, qui a la même passion : elle veut devenir biologiste marine.

L'autre vie de Richard : quand il tournait des films de "bulles"

L'histoire de cette folle époque sort le 18 novembre, aux éditions Jacob-Duvernet, sous le titre "8000 femmes, mémoires d'un Casanova du cinéma".
Les X-men 30 ans après : Alban Ceray & Richard Allan
Les X-men 30 ans après : Alban Ceray & Richard Allan

Réagissez à cet article



Notez

     


Dans la même rubrique :
< >