Plonger à Marseille : les plongées incontournables

par Marie-Laure Garrier | le Samedi 26 Mars 2011 | Lu 12255 fois

  

On sait depuis longtemps qu’à Marseille les poissons sont plus gros qu’ailleurs ! Notamment les sardines… Pour les sceptiques, un petit tour sur le Vieux Port suffira à s’en persuader.
Mais sait-on que de plus en plus de plongeurs, du débutant au confirmé, choisissent cette destination comme voyage plongée ? Quand l’exotisme devient trop cher, que les charters ne font plus l’unanimité, que les fonds marins sont mal gérés, il reste un endroit où la chaleur humaine, conjuguée à celle du soleil attire un public avide de nouveauté.


Plan de la baie de Marseille en 1764 par Jacques-Nicolas Bellin
Plan de la baie de Marseille en 1764 par Jacques-Nicolas Bellin
Comment parler de la plongée à Marseille sans évoquer les majestueux tombants qui la caractérisent ? Dès que l’on passe la zone des 25 mètres, alors que l’on se croit dans le royaume du bleu, il suffit d’allumer son phare pour illuminer de rouge les parois verticales. Ces fameuses gorgones, souvent appelées, à tort, « bleues », ou plantes, ou corail, sont certainement le symbole de la plongée marseillaise.

Plongée Marseille : 3 grandes zones peuvent résumer cette richesse

le Planier, incontournable de la plongée marseillaise, l’archipel de Riou et, moins connus, les sites des calanques.

Plongée Planier :

Dressé à près de 65m au-dessus de la Méditerranée, le phare de Planier annonce l’entrée de la rade de Marseille. Il a été, au cours de son histoire, le témoin de nombreux naufrages, dont certaines épaves sont désormais célèbres. Pour avoir le plaisir d’y tremper ses palmes, il faut le mériter : beau temps établi de rigueur. Mais alors, quel plaisir de s’immerger dans une eau souvent claire et très poissonneuse.

Le Chaouen (9-33m)

Sans doute le plus connu car le plus accessible, dès le niveau 1. Ce cargo marocain lancé en 1961 pour assurer la ligne Marseille-Casablanca transportait 640 tonnes d’oranges la nuit où il fut surpris par les écueils de la Pierre à la Bague. Eventré, le bateau parvint à s’échouer dans la crique ouest du Planier, puis s’est peu à peu enfoncé. Long de 90m, le Chaouen mérite plusieurs plongées. Il est déjà bien concrétionné et sert de refuge à une faune nombreuse (congres, murènes, mostelles…). On peut également explorer ses coursives et ses cales à condition d’être équipé d’un phare et de rester prudent. Le mât et le château, couchés sur bâbord, donne une ambiance fantomatique au navire, dans des nuages d’anthias, de castagnoles et d’anchois.
L'ancre du Chaouen
L'ancre du Chaouen

Le Dalton (12-30m)

Construit en 1877, il transporte des lingots de plomb à Marseille, lorsque, dans la nuit du 18 au 19 février 1928, le brouillard épais empêche le capitaine de distinguer les signaux lumineux du phare tout proche. Il réussit à traîner le cargo jusqu’au petit débarcadère pour sauver l’équipage, avant que le navire ne s’enfonce.

Aujourd’hui le Dalton est largement disloqué et seule la partie arrière a conservé sa forme d’origine. L’épave est cependant intéressante car facile d’accès et très concrétionnée. Des mérous craintifs se cachent sous les tôles. L’appareil à gouverner, l’hélice, le château arrière et un improbable WC sont toujours visibles. Les gorgones rouges ont largement colonisé l’ensemble.
Les Gorgonnes du Dalton
Les Gorgonnes du Dalton

Le tombant du Planier

Souvent survolé ou oublié au profit des 3 épaves, il mérite à lui seul une plongée.

Un plateau rocheux conduit jusqu’à une marche qui descend jusqu’à 38m. Au pied du tombant, une petite grotte facilement explorable. Belle ambiance verticale avec larges gorgones et nuages d’anthias. En s’approchant de la roche on peut découvrir de nombreux nudibranches et des langoustes. Une large cheminée, riche en faune fixée, permet de remonter sur le plateau. Pour les plus curieux, à une quinzaine de mètres de cette cheminée, en suivant un cap nord/nord-est, on tombe sur l’épave du Messerschmitt, avion allemand touché en 1944, qui repose aujourd’hui sur un fond sableux à 45m.
Le tombant du Planier
Le tombant du Planier

Plongée Riou :

L’archipel de Riou est composé de 4 îles principales : Maîre, Jarre, Plane et Riou. Elles seront sans doute au cœur du futur Parc National des Calanques. En attendant, elles constituent une référence dans la plongée marseillaise, avec de multiples sites accessibles à tous niveaux.

L’Impérial du large : la légende

Rendons à César ce qui appartient à l’empereur…. Les Impériaux sont le site référence de la plongée marseillaise. Composés de trois rochers séparés de l’île de Riou, ils constituent une illustration parfaite du tombant, entre 10 et 70 mètres.

Sur le rocher le plus au sud, une arrête rocheuse part vers le large. Le tombant ouest est magnifique, couvert de gorgones rouges et « survolé » d’anthias. Les passages de pélagiques en chasse sont fréquents (loups, dorades, dentis, barracudas…), permettant de profiter du spectacle « du bleu », d’autant que les eaux sont souvent cristallines. Si le site est majestueux, il est aussi très exposé aux vents et donc aux courants. C’est une plongée à faire par mer calme, en se méfiant du courant et de la profondeur. Palanquées réduites, parachutes et sécurité surface sont indispensables.
L'Impérial du large
L'Impérial du large

Le Grand Congloue (0-60m) : l'historique

Site des premières fouilles archéologiques sous-marines en 1952 par le commandant Cousteau et de l’équipe de la Calypso, ce gros rocher est aujourd’hui en partie interdit à la plongée et au mouillage.

Un vaste tombant prolonge sur le côté est, les falaises terrestres. Explorable en trois plongées (couloir aux gorgones, pierre de Cassis, anse nord-est). Au sud-est, une faille d’une trentaine de mètres en abrite de magnifiques spécimens. Au nord-est la pierre de Cassis se repère grâce à sa forme particulière en bosse de chameau. Juste après, l’anse est une merveille biologique sur 40m, avec gorgones, poissons, spirographes sur une petite surface. Les Saint-Pierre sont de plus en plus fréquents sur cette zone.

Comme aux Impériaux, les bancs d’anchois, sardines, bogues et les pélagiques en chasse sont nombreux, notamment en raison du courant, dont il faut se méfier.

Les Farillons (0-45m) : le photogénique

Un site grandiose qui mérite à lui seul une plongée, bien que certains tente de la coupler avec l’épave du Liban, tout près. Le tombant est au pied des deux rochers, côté sud-est. N’hésitez pas à vous laisser descendre au pied du tombant, par 45m, pour admirer des gorgones blanches, par ailleurs assez rares. En remontant il n’est pas rare de croiser un des trois St-Pierre qui ont élu domicile ici. En quittant le territoire des grandes gorgones rouges, vers 15m, on passe devant une première arche, repère des loups en chasse, puis devant une deuxième, très large. Profitez quelques instants d’un spectacle impressionnant et coloré : gorgones, corail et anémones jaunes recouvrent l’arche. Sars et bogues font du stationnaire dans le courant, tandis que dorades et dentis tournent à la recherche de proies.

Une longue faille à 10m en revenant vers le mouillage permet une nouvelle fois de passer d’un côté à l’autre.
Les Farillons
Les Farillons

Plongée les calanques :

A l’image de leurs paysages terrestres très découpés, les calanques (faussement appelées « de Cassis » alors qu’elles se trouvent en grande partie sur la commune de Marseille) proposent une architecture sous-marine extrêmement variée : arches, grottes, failles, tunnels sont autant de découpages naturels qui invitent le plongeur à se transformer en explorateur et ajoutent au mystère de la plongée.

La grotte des Capelans (0-22m)

A la sortie ouest de la calanque de Sormiou, cette grotte est facilement accessible par mer calme. Une large arche sur un fond de galet à 10m annonce l’entrée de la grotte, vers la droite. On ressort à l’air libre, au milieu des concrétions calcaires. Le retour se fait par le même chemin. La grotte n’étant pas très riche en faune fixée, la plongée peut se commencer par l’exploration de l’herbier de posidonies, habitat privilégié des nacres et d’une multitude d’espèces animales.
La grotte des Capelans
La grotte des Capelans

Les barques du Cap Morgiou (0-47m)

Le tombant, très vertical, suit la falaise du Cap jusqu’à un fond sableux, Deux pointus y sont posés. Ces typiques barques de pêche marseillaises sont encore en bon état de conservation. Le tour en est vite fait et la plongée se poursuit autour de gros blocs rocheux, dans la zone des 20m, à la recherche de mérous…
Les barques du Cap Morgiou
Les barques du Cap Morgiou

L’Eissadon (0-17m)

Plus facilement accessible au départ de Cassis que de Marseille, l’aiguille de l’Eissadon est un site naturel majestueux, bien connu des grimpeurs. Tant en surface que sous l’eau, cette masse rocheuse est percée de failles et de tunnels. La plongée consiste à déambuler à travers ces tunnels creusés dans les falaises de calcaire. Par temps ensoleillé, les jeux de lumière y sont magnifiques (plongée à faire l’après-midi). A l’intersection de deux boyaux, il faut lever les yeux pour admirer le passage des rayons du soleil, dans une ambiance de cathédrale !
L’Eissadon
L’Eissadon

A ne pas manquer non plus :


Tiboulen de Frioul (0-40m)

Les plongées sur le Frioul sont souvent des sites de repli lorsque le vent empêche l’accès au Planier ou à l’Archipel de Riou, mais elles méritent aussi le détour. La plus connue est sans doute celle du Tiboulen, ce petit rocher au nord-ouest de Ratonneau.

Deux plongées y sont possibles. La première est le tombant ouest qui descend jusqu’à 40m, couvert de gorgones et très poissonneux (rascasses, murènes, congres, mérous). Pour la seconde, on se contentera d’explorer le vaste plateau entre 10 et 25m, au-dessus du tombant. Riche en faune fixée, nudibranches, poulpes, poissons de roches… c’est un site idéal pour la plongée de nuit.
Tiboulen de Frioul
Tiboulen de Frioul

Les 100 plus belles plongées de Marseille - le guide référence

Des plongées les plus célèbres aux moins visitées, ce guide va vous emmener sur 100 sites autour de Marseille, de la Côte Bleue à La Ciotat. Vous y trouverez donc tous les renseignements nécessaires au choix et à la préparation de vos plongées : accessibilité, profondeur, intérêt biologique ou photographique. Les descriptifs des sites sont aussi précis que possible et, pour chacun, «notre conseil» vous guide en termes de mouillage, courant, ensoleillement.
Rien ne vous empêche cependant de vous laisser aller à votre propre découverte... Les plongées sont volontairement variées, tant en profondeur, espèces rencontrées, qu'en paysages sous-marins. Vous pourrez ainsi tout autant vous immerger dans les eaux cristallines de la calanque de Monasterio que vous laisser glisser le long des tombants des Impériaux ou de Planier... La Méditerranée est riche de la diversité de ses fonds : nos plongées vous les feront découvrir.

Plonger à Marseille : les plongées incontournables
Le choix est évidemment subjectif, mais l'expérience de chacun est riche d'enseignement pour tous les plongeurs loisirs que nous sommes. Tout autant que le plaisir des immersions dans les fonds marseillais, celui des rencontres humaines a été déterminant pour la rédaction de cet ouvrage. Nous souhaitons que vous preniez un plaisir au moins aussi grand à les découvrir.

Francois Scorsonelli
Francois Scorsonelli

sur scuba people



Notez

     

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 10 Janvier 2012 - 23:12 Croisière plongée Indonésie : WAOW !!!