Plongée Bahamas : éco-tourisme et/ou plongée spectacle

par Ludovic Savariello | le Samedi 8 Janvier 2011 | Lu 4358 fois

  

Imaginez un archipel de 700 îles et 2000 ilots suspendus entre ciel et mer et inondés de bleu turquoise…Des eaux si peu profondes que Christophe Colomb, en 1492, baptisa cet endroit majestueux « Las Islas de Baja Mar », littéralement « les îles de la mer basse », qui devinrent ensuite les Bahamas. Des eaux où toutes les rencontres sont possibles, requins citrons, requins tigres, dauphins tachetés…Mais aux Bahamas, vous aurez un choix à faire : véritable écotourisme ou plongée spectacle, c’est à vous de décider.


Le paradis des requins citrons

L’eau est chaude toute l’année, la profondeur est faible, les îlots des Bahamas rassemblent les conditions idéales à la reproduction des requins citron, et en abritent une importante population. Mais loin d’être les seuls à peupler ces eaux turquoises, les requins citron doivent aussi cohabiter avec plusieurs autres espèces comme le requin-tigre, ou le dauphin tacheté, qui parcourt en toute quiétude les eaux de l’archipel.


ASTUCE : Utilisez le bouton situé à droite (celui avec les 2 flèches) afin de passer en mode plein écran.

Les requins tigres de Tiger Beach

Tiger Beach est un fond sableux de faible profondeur où il est courant d’observer une espèce rare en plongée : le requin-tigre. Depuis quelques mois pourtant, sur Tiger Beach, il y a toujours des plongeurs, mais les requins-tigres se font de plus en plus rares. Les pêches sportives et industrielles sont aujourd’hui à l’origine de la disparition de ces requins. Les pressions exercées par l’activité humaine dans cette zone très touristique sont aussi causées par les plongeurs. En effet, aux Bahamas, une multitude de tours opérateurs proposent aux plongeurs de vivre le « grand frisson » avec les requins citrons et les requins-tigres. Trop nombreux peut-être.

Débat autour du shark-feeding

Le 1er Janvier 2002, le shark feeding devient illégal en Floride par application d’une loi fédérale. Depuis cette interdiction, tous les professionnels américains se sont réfugiés aux Bahamas afin de continuer à exercer une activité de plus en plus lucrative. Mais le 24 Février 2009 un touriste autrichien est mortellement attaqué par un requin-tigre, justement lors d’une séance de nourrissage sur Tiger Beach. Depuis, les tours opérateurs ont mis les plongeurs en cage tout en continuant à nourrir les requins présents sur le site, ou en les attirant avec des caisses minutieusement fermées contenant des poissons morts. On est loin de la magie naturelle d’une rencontre.
En savoir plus sur le shark feeding.

Refuser la plongée-spectacle

Les plongées avec les requins peuvent pourtant être « réalisées intelligemment » comme le souligne Bernard Seret. Chercheur au Muséum, spécialiste incontesté des requins, son point de vue sur le nourrissage est très clair: « Je suis personnellement très favorable à l’écotourisme à condition que ce dernier soit bien fait. Pour moi, habituer un animal sauvage à être nourri chaque jour au même endroit est sans intérêt pour le plongeur observant un requin n’ayant pas un comportement naturel. C’est de l’écotourisme spectacle. Par ailleurs, il y a un risque potentiel pour le plongeur face à un animal habitué à être nourri quotidiennement par des hommes. Ce dernier peut, en effet, se montrer agressif s’il n’a pas sa pitance quotidienne ! ».


Accepter de revenir bredouille…

« Par contre, poursuit Bernard Séret, pour observer un requin dans son milieu sans interaction, il faut accepter de revenir parfois bredouille. » Vivant essentiellement du tourisme, cet archipel tire de cette activité 60 % de son Produit Intérieur Brut. Et ses touristes se sont trop habitués peut-être à ce que le prix de la sortie suppose un succès obligatoire. Accepter de passer des heures dans l’eau ou sur un bateau « pour rien » est pourtant, on ne le répètera jamais assez, l’une des clés des plus belles rencontres animalières.

…Et profiter de rencontres inoubliables

Les Bahamas restent une destination exceptionnelle, mais c’est au plongeur de choisir la méthode utilisée : véritable écotourisme ou plongée spectacle. Il est incontestable que nager pendant plus de 2 heures avec un banc de dauphins tachetés dans une eau cristalline à 32° reste gravé à jamais dans le catalogue des meilleurs souvenirs. L’expérience peut même être tentée la nuit durant laquelle les dauphins chassent les calamars. Il est amusant de voir les mères éduquer leurs petits, qui produisent des accélérations fulgurantes pour attraper leur proie. Un bébé, un peu trop enthousiaste, a même fini sur mon dos alors que je photographiais sa mère !


Comme tout paradis, la recette de ce bonheur est régie par un fragile équilibre. Partir à la découverte de ces îles exige, de la part du plongeur, de choisir son voyage sans mettre sa conscience en vacances…
«La façon dont une nation s'occupe des animaux reflète fidèlement sa grandeur et sa hauteur morale», affirmait Gandhi.

Bonnes plongées aux Bahamas.


Informations pratiques

La langue officielle des Bahamas est l'anglais, plus à connotation britannique qu'américaine, souvent mélangé à des expressions typiquement bahaméennes. Des mots indiens comme ‘cassava' et ‘guana' sont toujours utilisés.   Il existe également un dialecte bahaméen, sorte d'anglais créole, surnommé "broken english" à cause de la contractions des mots!

Un climat propice tout au long de l'année grâce à la présence du Gulf Sream. Grâce à ce dernier, les températures varient assez peu, oscillant le plus souvent entre 25°C et 30°C (mer de 22°C à 29°C). Aux mois de janvier et février, il arrive régulièrement que des fronts froids ponctuels fassent chuter les températures d´une dizaine de degrés. Néanmoins, il s´agit la plupart du temps de périodes courtes que l´on peut éviter en se rendant dans les îles du sud de l´archipel.


Le décalage horaire entre les Bahamas et la France est de moins 6 heures (quand il est midi à Paris, il est 6h du matin à Nassau).

Le courant électrique est de 110 volts et les prises sont américaines. N'oubliez pas d'emporter un adaptateur pour vos téléphone portable et appareil photos.

A l'arrivée aux Bahamas, chaque passager doit remplir et signer un formulaire d'immigration, et garder la partie détachable jusqu'au départ. Chaque passager adulte peut apporter 50 cigares, 200 cigarettes ou 500 grammes de tabac, un quart de litre d'alcool, et des effets personnels (des écouteurs, un vélo, deux appareils photo, etc). Les achats détaxés sont autorisés à hauteur d'un montant de 100 dollars.

La monnaie officielle des Bahamas est le dollar bahaméen,qui est à parité égale avec le dollar américain.
Ces deux monnaies et les cartes de crédit internationales sont acceptées partout.
Avant de partir il est préférable de se munir de dollars US...
Seuls les banques et casinos de Nassau et de Grand Bahama Island peuvent échanger les euros.  
Des distributeurs automatiques sont à votre disposition sur toutes les îles.
Avant de quitter le territoire, pensez à changer vos dollars bahaméens en dollar US.


Office du tourisme des Bahamas


Les tour opérateurs plongée qui vous y emmènent

Abyss ¤ Aquarev ¤ H2O Voyage ¤ Key Largo ¤ Ultramarina


Vous êtes T.O. plongée ? Vous proposez cette destination et n'êtes pas listé ci-dessus?
L'inscription est GRATUITE! Cliquer ici afin de nous contacter


Réagissez à cet article



Notez

     

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 10 Janvier 2012 - 23:12 Croisière plongée Indonésie : WAOW !!!