Le moniteur de plongée, objet de fantasme ?

par La Morue | le Samedi 8 Janvier 2011 | Lu 15735 fois

  

Allez, avouez, les filles… ne vous est-il jamais arrivé de battre des cils devant un beau moniteur ? De vous laisser aller à échafauder les scénarios les plus chauds de retour de plongée ?


Le fantasme de l’homme de l’Atlantide

J’ai souvent remarqué, dans ma bande de morues (mes copines, quoi), une attention particulière pour ce type d’hommes palmés. En rentrant de mes voyages plongée, j’ai dû plus d’une fois répondre à la question suivante : « Alors, les divemasters, ils étaient comment ? ». C’est avec des étincelles plein les yeux que mes copines attendaient une réponse croustillante de ma part… « Heu, y’avait pas mal de concombres de mer, mais je n’ai pas vu la queue d’un requin baleine, ni même la raie d’une manta… et sinon, au niveau des moniteurs, il y avait surtout des vieux loups de mer… »


Le prestige du moniteur

Le plus souvent, pour les néophytes du néoprène, les « moniteurs de plongée » sont perçus comme un objet de fantasme. Comme le prof de tennis, le moniteur de planche à voile, le prof de tir à l’arc ou le moniteur de ski, ces Gentils Organisateurs seraient le symbole de l’Amant parfait ! Pourquoi ce fantasme du prof de plongée ? Après avoir sondé mon entourage, j’ai quelques pistes d’explications « anthropologiques » à vous proposer.

Les Apollons des mers

Tout d’abord, dans notre esprit, physiquement, les moniteurs de plongée seraient des bombes sexuelles (n’ayons pas peur des mots, je rappelle que nous sommes dans le registre du fantasme)… Nous les voyons bronzés, donc canons, forcément, puisque c’est bien connu, le bronzage rend beau ! Ils ont les reflets du soleil dans les cheveux qu’ils portent volontiers et négligemment longs. Et, sur leur torse nu (et souvent bombé), ils arborent des tatouages de squales synonymes du summum de la virilité, Rrrrrrrrrr.
Le moniteur de plongée, objet de fantasme ?

Du requin au cachalot échoué…

Bon je vous casse le moral tout de suite, ou j’attends la seconde partie de la chronique ? Du fantasme à la réalité… il faut avouer que l’on se retrouve parfois en face d’un sourire ravageur et ravagé par la noix de bétel et que les abdos du sportif ont parfois été remplacés par les abdos Kronenbourg, au fil des années… quand le requin marteau tatoué devient un cachalot échoué sur une dune libidineuse, c’est tout de suite moins glamour…
Le moniteur de plongée, objet de fantasme ?

Des hommes pleins d’attention

Ensuite, dans l’imaginaire féminin, ce sont des hommes attentionnés qui n’hésitent pas à donner de leur personne pour nous accompagner dans tel ou tel exercice. Et nous, les femmes, nous n’hésitons pas à jouer les cruches, espérant le moment où le moniteur de plongée nous prendra par la main, échangera son détendeur avec le nôtre, frôlera notre néoprène (même si je défie quiconque de ressentir des caresses à travers une 7 mm). Mais voilà, parfois le gentleman plongeur vous laisse seule avec votre bloc, en train de faire le grand écart entre le quai et le zodiac… pour le collé-serré, repassez, mesdames ! Parce que, des plongeuses godiches, ils en ont vu passer plus d’une avant vous !

Paroles, Paroles, Paroles…

Le moniteur de plongée serait aussi un expert pour raconter des histoires, parfois drôles, souvent d’aventure. Hé oui, la cicatrice sur leur torse est forcément le trophée d’une bataille avec un grand requin blanc rencontré dans le lac d’Annecy ! Alors il raconte des histoires, on l’écoute parler les yeux pleins d’envie… jusqu’à ce qu’il finisse par s’écouter parler…


Go, go and see my love

Et puis, bien sûr, c’est un être sensible, doux et rêveur… Une sorte de Jean Marc Barr dont nous étions toutes folles à la sortie du Grand Bleu (avant qu’il ne devienne une icône gay). Je me souviens d’une copine d’école qui avait vu plus de 30 fois le Grand Bleu dans sa version longue en salle, et qui à chaque fois que Rosanna Arquette pleurnichait « Go, Go and see my love », se mettait à pleurer toutes les larmes de l’Océan, en arguant « Qu’est-ce que c’est romantique »… Le mec, il préfère laisser la femme de sa vie enceinte sur la plateforme de plongée (certes elle avait la coupe de Karen Cheryl et des épaulettes très vintage, mais ce n’est pas une raison), pour aller vivre son truc avec les dauphins… Ca c’est du romantisme ! Bon j’avoue, j’ai vu la scène 29 fois et j’ai toujours les poils qui se hérissent au même moment !
Le moniteur de plongée, objet de fantasme ?

Chaleur, chaleur !

Le divemaster, c’est aussi l’exotisme, le voyage, la chaleur… Et là, je dois avouer que si je retourne un jour au Mozambique, ce ne sera pas seulement pour ses plages de rêve, ses beautés sous marines, ses petits marchés qui sentent bon le poisson grillé ou l’accueil hors pair de ses habitants à coup de « Bom dia sistaaaaar », mais ce sera aussi pour ses moniteurs de plongée… Ne mégottons pas sur les îles Fiji qui valent le coup d’œil également ! A "bonnes entendeuses" salut !

Ne pas toucher

L’exotisme participe du fantasme, c’est certain ! Jusqu’à ce que l’on se rende compte que l’objet du désir est maqué depuis des années avec la nana qui tient les comptes du centre de plongée ! Nana qui pour notre plus grand malheur s’avère être d’une gentillesse sans faille, en plus… La vie est ainsi faite… Comme pour le corail, devant les divemasters qui nous font fantasmer, il y a toujours un panneau qui précise : NE PAS TOUCHER !
Alors, pour les yeux, et seulement pour les yeux, voici un diaporama de mes plus beaux spots (à fantasmes) de plongée.

De quoi commencer 2011 en beauté. Bonne année les morues !



Réagissez à cet article



Notez

     

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 11 Décembre 2010 - 03:45 Plonger avec un photographe : 10 règles de survie