Détendeurs de plongée : suivez la courbe

par scuba people | le Samedi 11 Décembre 2010 | Lu 4954 fois

  

Essais... Comparatifs.... ces courbes font désormais partie de notre paysage. Tests sur la base desquels, bien souvent, sont établis des "Hits Parades" pointant que celui-ci est "meilleur" que celui-là...
On en aurait presque oublié que la fonction première de cette courbe est de confirmer que les détendeurs commercialisés correspondent bien à la norme européenne NF EN 250*.


Détendeurs de plongée : suivez la courbe

Nous vous proposons donc un rapide tour d'horizon afin de comprendre comment se lit cette courbe, et afin de vous donner quelques clefs pour que vous soyez en mesure de l'interpréter.

Nous tenons à remercier la société Beuchat pour son accueil et sa disponibilité.


En savoir plus :

- Le volet venturi

Le volet Venturi modifie le flux d'air qui part de la buse (axe métallique au centre) par un orifice situé sur l'arrière en diretion de l'embout buccal.

En position Venturi ON, le volet "guide" l'air directement dans l'embout buccal et créé une légère dépression de la membrane en appuyant sur le levier de débit.

VENTURI
- Volet venturi en position ON -
Passer votre souris sur le deuxième étage afin de faire pivoter le volet venturi en position OFF


- La norme NF EN 250

Le détendeur à la demande doit être conforme aux exigences suivantes lorsqu'il est soumis à essai à une pression absolue de 6 bar :

  • le travail respiratoire ne doit pas excéder 3,0 J/l,
  • les pics de pression pendant l'inspiration et l'expiration doivent se situer dans un créneau de ± 25 mbar,
  • le travail respiratoire positif pendant l'inhalation ne doit pas excéder 0,3 J/l,
  • les pics de pression lorsque le travail respiratoire positif n'est pas mesurable ne doivent pas excéder 10 mbar,
  • les pics de pression lorsque le travail respiratoire est mesurable ne doivent pas excéder 5 mbar.

Les tests sont effectués à 50 bar (HP), 6 bar de pression ambiante (50 mètres), avec une amplitude ventilatoire de 2,5 l (inspiration/expiration), le débit ventilatoire est de 62,5 litres/minutes (25 cycles/minutes), la température doit être de 10°C et 4°C pour la mention "eau froide".

Approfondir :

- l'effet venturi

L'effet Venturi, du nom du physicien italien Giovanni Battista Venturi, est le nom donné à un phénomène de la dynamique des fluides où les particules gazeuses ou liquides se retrouvent accélérées à cause d'un rétrécissement de leur zone de circulation.
Également, l'accélération du vent occasionne une augmentation de la température de l'autre côté de l'obstacle (décompression adiabatique ) et favorise l'évaporation dans un milieu gazeux.
Le théorème de Bernoulli permet de comprendre ce phénomène : si le débit de fluide est constant et que le diamètre diminue, la vitesse augmente nécessairement ; du fait de la conservation de l'énergie, l'augmentation d'énergie cinétique se traduit par une diminution d'énergie élastique, c'est-à-dire une dépression.
Venturi a donc prolongé le travail de Bernoulli en transformant le modèle vertical de Bernoulli (faisant intervenir une variation de l'énergie potentielle due à la hauteur) en un système linéaire. Il reprend l'équation de Bernoulli en remplaçant l'énergie potentielle par 0 (puisqu'il n'y a plus de variation de hauteur).

- Les untités de mesure

Le PASCAL (symbole : Pa) est l'unité SI de contrainte et de pression. Il tient son nom du scientifique Blaise Pascal. Le pluriel est pascals. Conformément aux règles du Système international, le nom de cette unité commence par une minuscule (pascal), mais comme il provient d'un nom propre, le symbole commence par une majuscule (Pa). Les équivalences sont : 1 013 hPa = 1,013 bar ≈ 760 mmHg (millimètre de mercure ou torr ).
Une pression d'un pascal est une contrainte uniforme qui, agissant sur une surface plane de 1 mètre carré, exerce perpendiculairement à cette surface une force totale de 1 newton.
Cette unité s'exprime en unités de base comme étant le N / m2 = kg / (s2 * m) .
Le pascal étant une unité relativement petite par rapport aux valeurs usuelles, on utilise souvent ses multiples :
  • l'hectopascal (hPa) : 1 hPa = 100 Pa = 100 N/m2
  • le kilopascal (kPa) : 1 kPa = 103 Pa = 1000 N/m2
  • le mégapascal (MPa) : 1 MPa = 106 Pa = 1 N/mm2
  • le gigapascal (GPa) : 1 GPa = 109 Pa = 1000 N/mm2

Le JOULE (symbole : J) est une unité dérivée du système international (SI) pour quantifier l'énergie, le travail et la quantité de chaleur . Le joule étant une unité très petite, on utilise plutôt les kilojoules (kJ) en nutrition et dans les tableaux de valeur nutritive. Cette mesure est de plus en plus utilisée au côté des Calories et tend graduellement à les remplacer.
1 kJ vaut 239,005736 Calories, et 1 Calorie vaut 4,18 joules.
Le joule (J) et ses dérivés (kJ, daJ, cJ, etc.) doivent leurs nom au physicien anglais James Prescott Joule.

Le BAR (symbole : bar) est une unité de mesure de pression équivalent à 105 pascals. Le bar présente l'intérêt d'être voisin de l'atmosphère (pression atmosphérique moyenne à la surface de la mer). C'est une unité en dehors du système international (SI) qui dérive de la barye (1 bar = 1 000 000 baryes).
Le mot provient du mot grec ancien βάρος / báros qui signifie pesanteur.

Réagissez à cet article



Notez

     

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 28 Janvier 2012 - 09:00 Masque facial, d'hier à aujourdh'ui